follow CookingLili at http://twitter.com
  • Index des recettes
  • Le Jeu du Chocolat là là ! ♥
  • échalote épeautre épinard 5 céréales abricot agar-agar amande ananas apéritif asperge aubergine avocat bagel baies roses balsamique basilic bento betterave blette bok choy boulgour brick brochette brocolis brousse brunch burger cacahuète cake cannelle caramel carotte cassonade châtaigne cheese-cake chocolat chocolat blanc chou chinois chou de Bruxelles chou fleur ciboulette citron citron vert comté concours cookie Corée courgette crêpe cranberries cream cheese crumble cumin cupcake curcuma curry emmental fève fève tonka feta figue flocons d'avoine fougasse fraise framboise fromage blanc fromage de brebis fromage de chèvre fruit de la passion gingembre gluten gomasio gouda graines de lin graines de tournesol graines germées gratin gressin groseille grué de cacao gruyère haricot rouge Japon kimbap kiwi kochujang lait concentré lavande lentilles lentilles corail litchi Londres mélasse müesli maïs maki mandarine mangue MAP marbré Maroilles mascarpone menthe miel millet moutarde mozzarella muffin muscade navet nigelle noisette noix de cajou noix de coco noix de macadamia noix de pécan oignon olive onigiri orange origan pâte filo pâtes pêche pain pain d'épices panais pancake panch phoron paprika parmesan pastèque patate douce pavot pecorino persil pesto petits pois pignons piment piment d'Espelette piment doux pistache pizza poire poireau pois chiches poivre blanc poivre noir poivron polenta pomme pomme de terre potimarron potiron pralin pralinoise purée d'amande purée de noisette raclette radis rainbow cake rapadura rhubarbe ricotta riz romarin roquette rose roulé sésame sésame noir sômen sandwich sarrasin scone seitan semoule shôyu sirop d'agave smoothie soja soupe speculoos tahin tamari tandoori tarte tartine tempeh thé matcha thym tofu tomate tomate séchée udon umebosis vanille vergeoise wasabi wok yaourt
    Mon portrait style manga Ecrivez moi !
    icone rss
  • :: Un nouveau départ… ::

    Retrouvez-moi sur mon nouveau blog :

    Quand je serai petite…

    Il y a un peu plus de 7 ans est né le blog Végétatout… J’étais dans une période compliquée de recherche d’emploi, j’avais besoin d’un projet, de quelque chose qui me stimule, qui me permette de relever la tête. J’ai commencé sans trop savoir où je mettais les pieds, avec des connaissances en cuisine relativement basiques, peu d’idées et encore moins de compétences en termes de présentation ou de photo, du matériel d’étudiante (comprendre : pas grand-chose !)… mais avec l’énergie des débutants :)

    Au fil du temps, de mes découvertes (la blogosphère culinaire est devenue gigantesque !) et de mes rencontres (virtuelles, comme physiques), j’ai appris à cuisiner autrement, à m’intéresser aux produits bio jusque-là un peu « étranges » pour moi, aux alternatives, à substituer, à inventer, à innover, à ne pas (seulement) suivre mais à créer. Car c’est véritablement ça : ma cuisine est devenue un espace de création ! Et j’adore ça :)

    Et puis les choses ont changé, j’ai trouvé un emploi – loin de chez moi, 3 heures de trajet par jour – et puis – en 2013 – j’ai préparé la même année mon mariage et un concours pour lequel j’ai travaillé très dur car il m’ouvrait ENFIN les portes vers le domaine dans lequel je souhaite véritablement travailler, celui pour lequel j’ai étudié pendant 6 ans, bref… tout cela m’a éloignée de ce blog. Parce que j’avais très peu de temps personnel, déjà, mais aussi parce que je m’y reconnaissais moins, en termes de « design » (resté inchangé depuis le début), mais aussi – et surtout – de fond. Non pas que je n’aime plus cuisiner et partager mes découvertes ! Ce serait même plutôt le contraire à vrai dire : je me suis rendue compte que j’avais envie d’échanger avec vous sur tout un tas d’autres sujets (mes lectures, mes créations manuelles, mes voyages, mes découvertes…), ce que ne me permettait pas ce blog qui me contraignait à rester dans une thématique, dans un cadre préétabli depuis des années.

    Après des mois de réflexion, de « oui », de « non », de « peut-être » – et l’aide technique de mon mari choupinet :) – je me lance dans ce nouveau départ ! 199 articles sur Végétatout. Le 200ème, et bien… le voilà ! Comme une inauguration pour ce nouvel espace, antichambre de mon esprit curieux, avec des idées plein la tête, des envies de recréer des échanges et des émulations, mais sans me contraindre à une forme ou à un fond particuliers. Juste suivre mon chemin, en choisissant les routes au fur et à mesure.

    :: ☆ Röti de seitan farci aux marrons, sauce balsamique & cranberries ☆ ::

    Cette année, à Noël, nous avons décidé d’inviter tout le monde pour le réveillon : nos parents respectifs et ma sœur, soit autant de non-végétariens à qui faire oublier le foie gras, la dinde et la bûche ! ;)

    Les amuses-bouches et les entrées ? Même pas peur ! Mais pour le plat, c’était une autre histoire : je voulais quelque chose de festif, de « Noël », de joliment présentable… et – surtout – de bon ! J’avais déjà repéré dans le livre « Vegan » de Marie Laforêt une recette de rôti de seitan farci aux marrons : c’était le moment de l’essayer !

    Ayant déjà obtenu des résultats peu concluants avec le seitan, j’ai choisi de tester la recette avant le grand jour…  Une bonne idée ! Dans sa recette, Marie fait cuire son seitan dans une étamine dans de l’eau bouillante. Personnellement, j’ai trouvé le résultat trop caoutchouteux. La sauce qu’elle utilise (« gravy vegan » à base de miso) n’étant pas vraiment à mon goût non plus, je suis partie à la recherche d’astuces sur la blogosphère pour un résultat plus en accord avec mes attentes. J’ai consulté des pages et des pages avant de trouver LA recette – ou plutôt LA cuisson – qui change tout, chez Vegan Dad (blog canadien anglophone) : cuisson vapeur, puis cuisson au four du rôti de seitan enveloppé dans du papier aluminium. Test concluant ! :) Le seitan n’est pas caoutchouteux, sa texture est beaucoup plus agréable, et le résultat (du moins, mon résultat) est visuellement plus appétissant car il est plus facile de faire un joli rôti en roulant le tout dans une feuille de papier d’alu, que dans une étamine…

    (Test n°2)

    Autre changement pour rapport à mon 1er test : la confection du seitan en lui-même. La 1ère fois, je l’avais malaxé jusqu’à obtenir une pâte mais c’est tout. Mes lectures bloguesques me conseillaient de travailler mon seitan plus longuement alors je me suis demandé si… ma machine à pain voudrait bien faire le travail ? Hop ! Recherche ! Apparemment, oui, 30 à 45 minutes à la machine à pain (2 à 3 débuts de n’importe quel mode) et c’est parti !

    Pour ce qui est de la sauce, là encore, j’ai cherché un peu partout une recette qui me tenterait, avec des ingrédients que j’avais déjà chez moi et mon choix s’est porté sur cette sauce au vinaigre balsamique… que j’ai quand même un peu modifiée, et oui, on ne se refait pas ! :) J’ai également doublé les quantités afin d’avoir assez de sauce pour napper le rôti, et pour en proposer à côté.

    J’ai servi mon rôti décoré de p’tits bonhommes de pâte feuilletée (découpés à l’emporte-pièce), et accompagné de patates douces et de panais rôtis au four avec tout plein d’épices ! Une vraie idée festive, un peu longue à préparer, mais qui fait son petit effet ! :)

     

    (Version de Noël !)

    Pour 8 personnes :

    Pour la farce :
    - 1 cs d’huile d’olive
    - 2 échalotes
    - 200g de marrons cuits
    - 1 cc de sauge séchée
    - 1 cc d’ail des ours séché
    - ½ cc de coriandre moulue
    - 1 poignée de cranberries séchées
    - 100 ml d’eau
    - 1 cs de tamari

    Pour le seitan :
    - 170g de gluten
    - 80g de farine de maïs
    - 1 cc d’ail moulu
    - ¼ cc de poivre noir moulu
    - 250 ml de bouillon de légumes
    - 5 cs de tamari

    Pour la sauce :
    - 2 cs d’huile d’olive
    - 4 cs de tamari
    - 4 cs de vinaigre balsamique
    - 2 cc d’ail en poudre
    - 2 cc de sirop de riz
    - 4 cs de fécule de maïs
    - 1 poignée de cranberries séchées
    - 200 ml d’eau

    Commencez par préparer le seitan. Dans la machine à pain, mélangez le bouillon de légumes, le tamari, l’ail et le poivre, puis ajoutez le gluten et la farine. Débutez 2 à 3 fois un programme pour pétrir la pâte à chaque fois 15 minutes environ. Vérifiez régulièrement votre MAP car le seitan étant élastique, les pales peuvent se coincer et arrêter de tourner. N’hésitez pas à ajouter un peu de farine ou d’eau si la pâte est trop humide ou trop sèche. Naturellement, vous pouvez également pétrir votre seitan à la main ! Personnellement, j’ai fait mon seitan la veille au soir, et je l’ai laissé la nuit au réfrigérateur dans un bol, recouvert d’un peu de farine de maïs. Le lendemain, il avait rendu un peu de liquide, mais avait la bonne consistance (bien élastique, mais qui ne se déchire pas).

    Pour préparer la farce : hachez grossièrement les marrons au couteau. Dans une poêle, faites chauffer l’huile d’olive, et faites y revenir quelques instants les échalotes émincées. Ajoutez les marrons, les herbes séchées et la coriandre. Laissez cuire quelques minutes, puis ajoutez l’eau (dans laquelle vous aurez fait gonfler les cranberries) et le tamari. Laissez réduire et réservez.

    Découpez un grand morceau de papier d’aluminium, et étalez votre seitan dessus en un grand rectangle. Oui, il va vous falloir un peu d’huile de coude car le seitan est très élastique ! Bon, en même temps, la MAP vous a gentiment mâché le travail donc hein… ^^ Etalez la farce en bas de votre rectangle, en laissant tout de même 2 centimètres de marge environ, pour pouvoir le rouler. Roulez votre seitan, donc, en appuyant légèrement sur les côtés pour ne pas que la farce s’échappe… Puis huilez-le légèrement, afin d’éviter que le papier d’alu ne colle… Oui, ça m’est arrivé lors du test 2 ! Enfin, entourez-le avec le papier d’alu en serrant bien. Sur les côtés, roulez le papier d’alu en tournant, comme les emballages de bonbon !

    C’est le moment de mettre votre rôti dans un panier à vapeur (si vous l’avez fait un peu trop grand, « compactez-le » légèrement en appuyant sur les côtés). Laissez cuire 30 minutes à la vapeur.

    Préchauffez votre four à 180°C. Une fois la cuisson vapeur terminée, mettez le rôti (toujours dans son papier) dans un plat allant au four, et mettez le cuire 25 minutes.

    Une fois cuit, attendez 15 minutes avant d’enlever le papier alu. Ces quelques minutes vont vous servir à préparer la sauce : dans une casserole, mélangez l’huile d’olive, le tamari, le vinaigre balsamique, l’ail en poudre, le sirop de riz, l’eau et le cranberries. Laissez chauffer quelques instants en remuant constamment, puis ajoutez la fécule de maïs en continuant à remuer jusqu’à obtenir la consistance souhaitée.

    « Déballez » votre rôti dans votre plat de service, nappez de sauce puis ajoutez encore quelques cranberries séchées. Servez sans attendre, coupé en fines tranches (enfin… pas trop fines tout de même pour ne pas que la farce s’échappe…), accompagné du restant de sauce.

    Le petit + : Vous trouverez du gluten en magasin bio, sous forme de poudre (environ 5€ les 500g). C’est également en magasin bio que vous trouverez le tamari (une sorte de sauce soja), l’ail des ours séché, la farine de maïs ou encore le sirop de riz. Concernant ce dernier, vous pouvez le remplacer éventuellement par du sirop d’agave, ou tout simplement du sucre.

    :: Rainbow Cake ☆ Ganache chocolat & glaçage au cream cheese ::

    Mon histoire avec le Rainbow Cake a commencé il y a 2 ans de ça, lorsque nous avons choisi le thème de l’arc-en-ciel pour notre mariage… Naturellement, au fil de mes recherches d’idées, je suis rapidement tombée sur des photos de Rainbow Cakes. C’était ÇA qu’il me fallait ! Et ça que nous avons – partiellement – eu…

    Mais je ne pouvais pas m’arrêter là ! L’arc-en-ciel continue d’occuper une jolie place dans ma vie, et quand mes yeux se sont posés sur ce livre, je n’ai pas su résister… Pas eu envie, surtout :)

    Encore fallait-il oser, se lancer… et en avoir l’occasion ! Parce que – oui – il s’agit d’un gâteau aux dimensions hors normes, dans lequel j’ai pu découper plus d’une vingtaine de parts… Outre mes invités – l’occasion fût la célébration de notre 1er anniversaire de mariage avec nos témoins – mes parents et collègues ont également eu droit à leur petite part d’arc-en-ciel ! :)

    Mais une fois prise la décision de se lancer, se posent deux questions : celle des colorants, et celle de la garniture & du glaçage. Alors j’ai compulsé tout plein de recettes de Rainbow Cakes sur la blogosphère pour trouver astuces et bonnes idées, histoire de mettre la chance de mon côté… Hors de question de rater mon Rainbow Cake, non mais !

    Concernant les colorants : il apparait que sont déconseillés les colorants liquides (pas assez vifs) et les colorants en poudre (qui se mélangent difficilement aux préparations un peu épaisses). Restent donc les colorants en gel, et la plupart des blogs que j’ai visité évoquaient la marque Wilton. J’ai suivi ce conseil et acheté mes colorants ici.

    Les couleurs que j’ai choisies sont : rouge neutre, orange, jaune citron, vert feuille, bleu ciel & violet. Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, le résultat est à la hauteur !

    Concernant la garniture & le glaçage : là encore, j’ai lu et vu tout un tas de choses, qui ne m’ont d’ailleurs pas convaincues par la plupart… Parce qu’il ne faut pas oublier que vous allez réaliser un (très) gros gâteau à partir de génoises nature. La garniture & le glaçage sont donc vraiment les éléments qui vont donner du goût et de la « personnalité » à votre gâteau.

    Exit la crème au beurre (beurk…) ! J’étais plutôt partie pour une ganache au chocolat. Ah… la plupart des blogs proposent une ganache montée. Hum… Cela m’inspirait moyennement et ce n’était pas le moment de me lancer (encore un peu plus) dans l’inconnu ! Il restait donc l’option cream-cheese / mascarpone / sucre glace proposée dans mon livre et qui me plaisait bien… Oui, mais j’avais envie de chocolat, moi, quand même. Alors, dans une tentative de rébellion ultime, j’ai décidé de choisir… les deux ! Une ganache au chocolat noir « normale » pour la garniture, et un glaçage au cream-cheese ! Grand bien m’en a pris :) C’est vrai ça, pourquoi une garniture / glaçage unique ? Le chocolat apporte évidemment sa touche de gourmandise, et le glaçage – en dehors d’un rendu blanc mystérieux que j’aime beaucoup – amène une pointe de fraicheur très agréable. Je vous invite donc à faire le choix de ne pas choisir ! :) En plus, j’ai trouvé ça très joli visuellement !

    Derniers petits conseils, avant de commencer :
    - munissez-vous d’un moule à charnière – dans la mesure du possible – d’un diamètre de 20cm. Pas plus.
    - soyez sûr que vous avez… du temps ! Comptez environ 4h pour la réalisation de la totalité du gâteau. Oui, quand même.

    Pour un Rainbow Cake avec de la magie dedans…

    Génoise :

    - 5 œufs
    - 100g de sucre à la vanille
    - 250g de sucre blanc
    - 200g de beurre pommade
    - 7g de levure
    - 430g de farine
    - 350 ml de lait
    - colorants en gel rouge, orange, jaune, vert, bleu, violet

    Glaçage :

    - 125g de mascarpone
    - 250g de cream cheese
    - 100g de sucre glace

    Ganache au chocolat :

    - 200g de chocolat noir
    - 125g de crème liquide
    - 50g de beurre

    Commencez par la ganache… Personnellement, j’ai utilisé cette recette et je vous invite à faire de même ! J’ai ensuite laissé refroidir ma ganache à température ambiante.

    Passons maintenant à la génoise : prévoyez un grand saladier et pesez-le à vide (je vous explique tout ça après) ! Cassez les œufs, et mélangez avec les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez le beurre, et fouettez encore jusqu’à ce que vous obteniez une pâte homogène. Ajoutez la farine et la levure puis – peu à peu – le lait. Mélangez bien, votre pâte est prête !

    A partir de là, vous avez 2 façons de procéder. Celle que vous lirez le plus souvent dans les livres ou sur les blogs consiste à diviser votre pâte en 6, dans 6 bols différents et à ajouter un colorant par bol.

    Personnellement, la perspective d’étaler tous ces bols sur ma table (puis dans mon évier !) ne m’attirait pas plus que ça… J’ai donc fait un autre choix : j’ai donc pesé mon saladier à vide, puis je l’ai pesé à nouveau avec ma pâte à l’intérieur, j’ai fait une soustraction et divisé le pois de ma pâte en 6. J’ai obtenu 265g. J’ai donc pris un petit bol que j’ai posé sur ma balance, et j’ai mis 265g de pâte à l’intérieur. Avec le recul, je vous invite à vous laisser une marge de 5-10g par bol (pour ce qui tombe sur la table, qui reste accroché au fouet, etc.).

    On reprend : vous prenez un petit bol, et vous mettez le poids de votre pâte divisée par 6, moins 5-10g. Vous ajoutez le colorant violet. Attention, les colorants Wilton sont très puissants : 1 à 2 pointes de couteau suffisent ! Mettez-en très peu pour commencer, puis rajoutez-en au besoin. Mélangez bien. Faites cuire votre génoise dans un four préchauffé à 180°C. Personnellement, dans mon four, le temps de cuisson idéal par génoise était de 9 minutes. Je vous invite à bien surveiller la cuisson de votre 1ère génoise, pour être tranquille avec les suivantes. Et à commencer par la violette donc, car si elle dore légèrement, ce sera moins visible que si vous commencez par une couleur plus claire ! :) Une fois cuite, démoulez votre génoise et déposez-la sur une grille le temps qu’elle refroidisse.

    Si j’ai fait le choix de faire 1 bol par 1 bol, plutôt que les 6 bols en même temps, c’est également parce que 9 minutes, c’est le temps parfait pour aller laver son bol, remettre un sixième de pâte et la colorer. Pas de temps perdu comme ça !

    Recommencez donc les étapes pour les 5 génoises suivantes (bleue, verte, jaune, orange, puis rouge), en adaptant la quantité de colorants selon la couleur que vous souhaitez, faites cuire, refroidir sur une grille, etc. Vous pouvez empilez les génoises, une fois refroidies.

    Bon, rassurez-vous, vous n’êtes plus loin de la fin ! Il faut maintenant tartiner une petite couche de ganache entre chaque génoise, directement dans votre plat de service, en commençant par la génoise violette en dessous. Attention ! votre ganache est foncée et votre glaçage sera blanc : évitez donc de mettre de la ganache jusqu’au bord de la génoise, pour évitez qu’elle ne colore le glaçage. Une fois cette étape réalisée, mettez le gâteau au réfrigérateur pour 2h.

    Quelques minutes avant de sortir votre gâteau, préparez votre glaçage en fouettant le cream-cheese, le mascarpone et le sucre glace. Il ne vous reste plus maintenant qu’à couvrir le gâteau avec le glaçage à l’aide d’une spatule (ou d’un couteau plat, à défaut), puis de le mettre au frais ! Personnellement, je l’ai fait la veille pour le lendemain midi.

    Au moment de servir : pensez à sortir le gâteau du réfrigérateur environ 30 minutes avant afin qu’il soit bien moelleux et que le glaçage soit souple. Décorez de petits sucres colorés, mais inutile d’en mettre trop : la surprise est à l’intérieur ! :)

    Résultat visuel ?

    Je dois vous avouer que la pression était grande… J’avais tout bien fait, rien n’était allé de travers, mes génoises étaient jolies, ma ganache était miam… mais honnêtement, avant le moment fatidique de la découpe, impossible de savoir si le résultat est à la hauteur ! Me voilà donc armée d’un grand couteau, et j’entame la première part : le gâteau est dense, mais le couteau glisse facilement. Je découpe, je sors la part et là….. « Oooooooooh ! C’est trop beau !!!!!! ». Parce que oui, je vous le dis tout de suite : c’est trop beau ! :)  Et quand on a passé une demi-journée à faire son gâteau, et bien on est ravis et fiers quand les invités font des « oooooh ! » !

    Résultat gustatif ?

    Bon, un joli gâteau, c’est bien. Mais un bon gâteau, c’est mieux ! Honnêtement, je ne m’attendais pas à quelque chose de gustativement extraordinaire, mais j’ai été très agréablement surprise ! Les génoises étaient moelleuses avec un bon goût de vanille, la ganache délicieusement chocolatée et le glaçage tout frais et crémeux ! Ce n’était pas seulement « bon pour un gâteau de ce style », c’était « bon » tout court ! Yeah !

    Tant mieux parce qu’on en a mangé pendant 4 jours, et oui… Et 4 jours après, même un peu moins moelleux, il était toujours bon. Et j’ai adoré avoir un arc-en-ciel dans mon réfrigérateur ! :)

    Tout ça pour vous dire…

    Vous avez du temps, l’envie d’un gâteau « oooooooh ! », d’arc-en-ciel et de magie dans les yeux et les papilles ? OSEZ !

    D’ailleurs, c’est mon anniversaire dans quelques jours… Et si je faisais un Rainbow Cake ?

    :: Brunch arc-en-ciel… en souvenir d’une bien belle journée d’août ♥ ::

    2013 restera pour moi une année à part : celle de mon mariage, placé sous le signe de l’arc-en-ciel ! Pourquoi ce thème ? Parce que – pour nous – l’arc-en-ciel, c’est dépasser le doute et la peur, c’est savoir que, quoi qu’il arrive, on ne se perdra pas. Parce qu’on est plus forts que la pluie. Nous en avons donc fait voir de toutes les couleurs à nos invités ! De ma robe, aux cocktails, en passant par le gâteau, la décoration de la salle, mon bouquet ou encore les boutons de manchette de Monsieur…

    Organiser un mariage – tout le monde le sait, ou s’en doute – ce n’est pas simple. D’autant plus quand on souhaite réaliser beaucoup de choses soi-même… Mais quel bonheur quand tout prend sens, quand chaque choix (et peu importe le temps que vous y avez passé, peu importe le nombre de combats que vous avez dû mener…) vient apporter cette touche de magie qui fait que c’est VOTRE mariage, et aucun autre !

    2013 fut aussi l’année de mon concours, cette (infime minuscule ridicule) chance de partir enfin vers un horizon professionnel en accord avec mes envies. Pour les résultats, il faudra attendre encore un peu… Mais j’ai donné tout ce que j’avais à donner. Parce qu’une chance, et peu importe qu’elle soit infime minuscule ridicule, reste une chance. Wait & see.

    Tout ça pour vous expliquer pourquoi – pendant plusieurs mois (de création de faire-part, de plans de table, de nœuds arc-en-ciel…, puis de révision, encore et encore, loin de ce(ux) que j’aime parce qu’il fallait être la meilleure et rien d’autre) – ma cuisine a été un territoire étranger… Un territoire que je tente de réapprivoiser peu à peu. Parce qu’il était plus que temps de revenir à des habitudes plus saines, à du fait-maison, à l’odeur du pain chaud dans le four, aux légumes & à toutes leurs couleurs, au « qui croque », au « qui fond », et à tous ces plaisirs dont j’ai presque fini par oublier qu’ils en étaient…

    Alors, pour bien commencer l’année, nous avons décidé de bruncher ! Rien de révolutionnaire, juste des petites gourmandises sucrées et salées à picorer & quelques idées qui – je l’espère – vous donneront envie de vous y mettre aussi (en pyjama, c’est encore mieux !)… Et puis avec des couleurs partout, car on n’échappe pas aussi facilement à l’arc-en-ciel ! :)

    De mon côté…

    - un œuf au plat, avec du bon pain frais
    - une salade de jeunes pousses, clémentine & grenade, avec un peu d’huile d’olive, de crème de vinaigre balsamique, de sésame doré & de 5 baies
    - 2-3 pruneaux
    - une briochette aux pépites de chocolat
    - un petit bol de fromage blanc au miel avec un peu de müesli
    - un jus de pomme chaud à la cannelle

    Du côté de Monsieur…

    - des œufs brouillés
    - la même p’tite salade que moi
    - 2-3 pruneaux
    - des tomato beans
    - une briochette aux pépites de chocolat
    - un chocolat chaud aromatisé à la pêche de vigne
    - un jus d’orange sanguine
    Rien de révolutionnaire, je vous l’ai dit. Juste un bon moyen de commencer l’année tout en douceur & en couleurs… Vous m’accompagnez..?

    La prochaine fois, j’essaierai de faire davantage de petites choses maison. Le pain, par exemple. Et puis de bons petits cookies, ou des mini-madeleines au matchaBref, encore plus de gourmandise ! :)

    A suivre…

    :: Le chili sin carne des fainéant(e)s ! ::

    Alors que l’on rêve de fraises et de jolies pousses toutes vertes, le temps en a décidé autrement et nous invite à continuer dans notre lignée des petits plats mijotés, qui réchauffent les corps et les cœurs… Qu’à cela ne tienne, il était temps pour moi de me réessayer au chili sin carne !

    Parce qu’il faut avouer que ma première tentative, il y a quelques années de ça, avait frôlé le massacre… J’avais suivi une recette pourtant, oui oui. Mais il y a avait à peu près dix fois trop de protéines de soja, ce qui donnait un espèce de gloubi glouba spongieux, pas vraiment appétissant..! Il fallait donc remédier à ça… Mais en version « fainéante », parce qu’entre le boulot, le trajet, et le mariage à préparer, le temps consacré à la cuisine se réduit à peau de chagrin…

    Alors comment fait-on un chili de fainéant(e) ? C’est tout simple : on ouvre des boîtes ! Même pas peur. On choisit un mélange d’épices mexicaines tout fait. Et en cas de fainéantise vraiment aigüe, on utilise même des échalotes surgelées. Et ouais… La cuisine, c’est comme ça parfois. Mais comme c’est quand même drôlement bon, on est fiers de l’avoir fait nous-mêmes. Ou presque ! :)

    Pour 4 personnes :

    - 500g de haricots rouges cuits et égouttés
    - 500 ml de coulis de tomates nature
    - 1 grosse échalote (ou l’équivalent surgelé)
    - 4 à 5 cs d’épices mexicaines
    - 30g de petites protéines de soja
    - 2 cs d’huile d’olive

    Dans une sauteuse (ou un wok), faites chauffer l’huile d’olive, puis ajoutez les échalotes et les épices mexicaines. Laissez revenir quelques instants, le temps que ça sente bon dans votre cuisine  Pendant ce temps, réhydratez les protéines de soja dans une fois leur volume d’eau froide.

    Ajoutez ensuite aux échalotes et épices le coulis de tomate, puis les haricots rouges. Ajoutez enfin les protéines de soja lorsqu’elles sont bien réhydratées. Mélangez bien. Goûtez et ajoutez des épices au besoin. Laissez mijoter une dizaine de minutes, afin de réduire un peu la préparation. Servez avec du riz complet !

    Le petit + : Dans mes épices mexicaines, il y a du piment, de l’ail, de la tomate, de l’oignon, de l’origan, du sel, du cumin, de la coriandre et du gingembre. J’adore ! Le chéri en met sur ses frites fraiches aussi, c’est trop bon !

    Vous trouverez des protéines de soja en magasin bio. Attention, elles existent sous plusieurs formes, des plus petites aux plus grosses. Pour cette recette, il faut prendre des petites. Vous pouvez ensuite pour réaliser des bolognaises végétales, des tomates farcies, etc. Ça ne coûte pas grand-chose, et c’est bien pratique !